Amélie Chapuis

Violoniste depuis ses quatre ans, Amélie Chapuis mène aujourd'hui une double vie : en parallèle de son activité musicale, elle est ingénieur et commerciale chez Suez, suite à son double diplôme Centrale Paris-ESSEC.

En 1999, elle débute le violon au CRD d'Aulnay-sous-Bois dans la classe de José Alvarez, et se familiarise rapidement avec l'univers du violon solo, de la musique de chambre, mais aussi de l'orchestre qui deviendra sa préférence. En plus de s'illustrer en remportant le concours Vatelot-Rampal, elle est saluée par le public trois années de suite au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, interprétant la Symphonie Espagnole de Lalo, le Concerto n°3 de Mozart et le Concerto en Mi mineur de Mendelssohn avec orchestre.

De 2010 à 2014, elle sera également 1er violon solo de l'orchestre du Lycée Louis le Grand, et assistera régulièrement les différents chefs d'orchestre, parmi lesquels on compte Gabriel Bourgoin.

En 2015, elle cofonde l'orchestre de l'École Centrale Paris, qu'elle commence par diriger et dont elle deviendra ensuite le 1er violon solo. Ils se produiront notamment au Théâtre du Châtelet. Amélie participe par ailleurs à l'orchestre de l'ULB à Bruxelles au premier pupitre. Depuis 2016, Amélie a rejoint, en tant que premier violon solo, l'orchestre Les Déconcertants. Depuis février 2018, elle est également Secrétaire de l'association, aux côtés de son directeur musical Pierre-Alexis Touzeau et de son directeur artistique Julien Hanck. En 2019 elle cofonde avec eux l’Orchestre Hexagone, mettant à profit ses compétences en gestion de projet acquises lors de son Master in Management à l’ESSEC. Elle prend part à l’orchestre en tant que violoniste et se produit ainsi au Théâtre des Champs-Elysées dans le Lac des Cygnes pour une série de 16 représentations, avec le Ballet National de Kiev, sous la baguette de Viktor Oliynyk.

Amélie joue un violon d’Amédée Dieudonné dantant de 1932 et un archet de Morizot.

ANTOINE PAYEN

Souvent sur les routes avec ses spectacles donnés sous le nom de Tonycello, Antoine Payen est également violoncelliste à l’Orchestre de l’Opéra de Limoges depuis 2009. Agrégé de musique et diplômé d’Etat de violoncelle, il a enseigné plusieurs années en école de musique et au collège dans le Nord de la France où il a grandi. Il débute son instrument au conservatoire de Roubaix puis à Lille dans la classe d’Hélène Dautry, avant de rejoindre Rueil-Malmaison et Jean-Marie Gamard. Passionné de musique de chambre, il a fondé le Quatuor à cordes Winston et s'investit dans les festivals d'été « Concerts en nos villages » en Poitou, et « Mas Musici » en Creuse.
L'adhésion du public et la reconnaissance des professionnels viennent rapidement couronner le premier spectacle de Tonycello “Chansons pauvres... à rimes riches!” : Deux fois Prix du public à l’Espace Gerson de Lyon, prix du festival Intercommun’hilarité, passage sur France Musique, coup de cœur de France Inter et enfin “P’tit Molière” du meilleur spectacle musical en 2013. De Calais à Avignon, on ne compte pas moins de 350 représentations pour ce spectacle décliné aussi en version jeune public en partenariat avec les JMFrance.
Encouragé et recommandé par ses pairs, qu’ils soient clowns (Pierre Etaix) ou violoncellistes (Etienne Péclard, Roland Pidoux), Antoine Payen crée en 2017 le deuxième spectacle de Tonycello “La migration des tortues”, en tournée actuellement.

Fleur Lucchinacci

Née en 1995, Fleur Lucchinacci entre au Conservatoire de Marseille à l'âge de 6 ans dans la Classe d'Erik Berchot. Durant ses onze années d'études à ses côtés, elle est lauréate du concours Claude Kahn en 2001 puis du concours Steinway & Sons en 2002 et 2011.
A l'âge de 17 ans, elle part étudier au CRR de Paris auprès d'Elena Rozanova où elle y obtient son Diplôme d'Etude Musicales mention Très Bien. Elle se perfectionne ensuite à la Haute Ecole de Musique de Genève, puis au Conservatoire Royal de Bruxelles où elle obtient en 2019 son diplôme de Bachelor avec Distinction dans la classe de Boyan Vodenitcharov. Elle bénéficie aujourd’hui à Bruxelles des conseils de Johan Schmidt.
Elle a l'occasion de jouer plusieurs fois en concert, en solo et musique de chambre, à Genève, Bruxelles et Paris notamment Salle Gaveau lors du concert des Lauréats du concours Claude Kahn, mais aussi à la mairie du 19e arrondissement pour le festival «Concerts d'hiver», à l'Eglise de l'Oratoire du Louvre, ou encore pour le festival « Mas Musici » en 2019.

Gayané Grigoryan

Gayané Grigoryan est née à Erevan (Arménie). Elle débute le violon à sept ans. Dès l’âge de neuf ans elle se produit en soliste à plusieurs reprises avec l’orchestre de chambre d’Erevan dans les concertos de Vivaldi et de Mozart. Elle entrera par la suite à l’école spéciale de musique P. I. Tchaïkovski puis au conservatoire supérieur d’Erevan dans la classe de H. Smbatyan. Elle poursuit ses études au conservatoire National de Région de Marseille ou elle a l’occasion de se produire à plusieurs reprises en tant que soliste avec l’orchestre dans les concertos de Mendelssohn et de Dvorak. Elle obtiendra un premier prix de musique de chambre et de violon à l’unanimité ainsi que son Diplôme d’études musicales. Elle se produit en sonate et trio à clavier dans de nombreux festivals et concerts à Marseille et dans les Bouches du Rhône.

En 2006 elle décide de continuer ses études au conservatoire Royal de Bruxelles qu’elle conclut brillamment en juin 2013. Excellente chambriste, elle joue énormément en duo avec piano, trio à clavier, quatuor à cordes dans de nombreux festivals comme festival Musiq’3, La nuit musicale de Seneffe, BozarSundays, Brugge Concertgebouw etc.. Gayané joue en soliste le Triple Concerto de Beethoven avec l’orchestre GUSO(Gents Universitair Orkest). Elle est aussi admise au Lemmens institut pour un post-master. Gayané a bénéficié des bourses de fondation Gulbenkian, fondation Wernaers et Rotary Club Bruxelles Nord. Depuis septembre 2018 Gayané fait partie de l’orchestre philharmonique du Luxembourg.

Gregory Leonti

Né en 1985, Gregory Leonti débute le piano au CNR de Marseille où il reçoit les plus grandes distinctions : premier prix de piano à l’unanimité, premier prix de musique de chambre et le prix spécial “Pierre Barbizet”.

Il intègre dans la foulée le Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Dominique Cornil et Serguei Leschenko et obtient son Master Spécialisé avec grande distinction en 2013. La même année, il devient chef de chant au CNIPAL à Marseille, ce qui lui permet de participer à de grands projets artistiques et de se produire en tant que pianiste accompagnateur dans des opéras renommés tels que Bordeaux, Marseille, Avignon, Toulon et Montpellier. Dans le même temps, Gregory remporte le concours des lauréats du Conservatoire Royal de Bruxelles et interprète, en mars 2014, le troisième concerto de Prokofiev avec l’orchestre philharmonique du Conservatoire.
La même année, il est choisi par l’orchestre Philharmonique de Liège pour le projet “Classic Academy” et se produit avec cet ensemble dans le premier concerto de Prokofiev. En Parallèle, il obtient en 2015 un Master didactique avec distinction au Conservatoire Royal de Mons, dans la classe de Rosella Clini.

Aujourd’hui, Gregory est pianiste accompagnateur au Conservatoire Royal de Bruxelles, ce qui l’amène à participer à de nombreux projets musicaux en Belgique.

Jean Sautereau

Jean est né en 1996 et commence l’alto à l’âge de 8 ans. C’est une véritable passion qui ne le quittera plus. Trois ans plus tard il remporte le Premier Prix à l'unanimité du Concours national de Lempdes.
En 2010, il entre au Conservatoire Régional de Boulogne Billancourt pour suivre l’enseignement réputé d’Isabelle Lequien.
En 2015, il remporte le premier Prix du Concours National des Jeunes Altistes, puis il gagne à nouveau le premier prix catégorie excellence du Concours international des Clés d’or, et en musique de chambre le Premier Prix, Prix spécial du jury et le Prix du Public au concours international Léopold Bellan.
Cette année marque aussi la rencontre avec l’un de ses mentors Gérard Caussé. Ces master classes sont une véritable source d’inspiration pour ce jeune soliste prometteur.
Entre temps il commence à étudier au Conservatoire Supérieur de Paris dans la classe de David Gaillard et Nicolas Bone, ainsi que chez Jean Sulem avec le pianiste Keigo Mukawa.

Son goût pour la musique de chambre l’amène à se produire dans des festivals en France ou à l’étranger aux côtés des plus grands chambristes tel que le quatuor Modigliani, le Trio Wanderer, le quatuor ébène..
Musicien curieux et insatiable, Jean a aussi la chance de jouer en orchestre aux côtés de membres du Berliner Philarmoniker, du Wiener Philharmoniker, et des solistes du Metropolitan Opera.
Jean est un jeune soliste brillant invité à jouer notamment aux côtés d’Hugues Borsarello dans la Concertante de Mozart et la Concertante de Pleyel.
Jean est soutenu par la fondation du Clos Vougeot, et la fondation Safran.
L’année dernière, Jean se voit décerner les Prix « Maurice Ravel » et « Mélomanes Côtes Sud » sous le patronage de Jean-François Heisser ainsi que le Prix André Hoffmann aux Sommets Musicaux de Gstaad sous le patronage de Renaud Capuçon.
Jean joue un magnifique Alto de Charles Coquet.

Keika Kawashima 

Née à Tokyo en 1998, elle commence le violon à l’âge de quatre ans avec des professeurs renommés au Japon, Noguchi Chiyoko et Asuka Sezaki. Après des études au Lycée Musical qui est attaché à l’Université des Arts de Tokyo, Keika Kawashima vient à Paris en 2016 pour intégrer l’Ecole Normale de Musique. En 2017, elle est admise au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en licence de violon moderne auprès de Stéphanie Marie Degand.

Trois ans plus tard, elle obtient le Diplôme Supérieur de Concertiste de l’Ecole Normale à l’unanimité et avec les félicitations de jury dans la classe de Régis Pasquier. Elle poursuit actuellement ses études au CNSMDP en Master de violon.

En 2017, Keika est récompensée du premier prix du concours de musique de chambre de Karlsruhe en Allemagne avec le trio Giselle. La même année elle crée un duo violon-piano avec Natsu Aoki. Leur duo « les Forsythias » a obtenu dès 2017 le Grand Prix du rotary Paris Normandie lors des master class et du festival au château de la Roche Guyon. En 2019, ils sont invités à donner un récital à la salle Cortot à Paris. Ils se produiront à nouveau à Osaka et à Tokyo au Japon en 2021.

Mélissa Dattas

Mélissa Dattas commence l’alto à l’âge de 8 ans auprès de M.Apparailly au CRD d’Agen. En 2014, elle intègre le CRR de Toulouse où elle obtient son prix avec une mention Très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury.

Après avoir terminé son cursus scolaire à 16 ans, Mélissa entre à l’Ecole Normale et au CRR de Paris dans les classes de P.H Xuéreb et Louis Fima.

P.H Xuéreb lui donne la possibilité de pouvoir jouer auprès de grands artistes, notamment le célèbre violoniste D. Bogdanovic. Elle se produit à ses côtés et approfondie ses capacités techniques et sa curiosité pour étendre le répertoire altistique. Elle commence à vouloir jouer des œuvres initialement pour violon et repousser les limites virtuoses de l'alto. (Sonates d'Ysaye, Les œuvres de Heinrich Wilhelm Ernst…) 
En 2015, elle intègre le CNSM de Paris chez P-H. Xuéreb en alto et E. Bertrand pour la musique de chambre. Elle y restera 2 ans et sera membre du quatuor Allegria, avec lequel elle se produira dans plusieurs festivals. 
Après sa Licence, elle décide de poursuivre ses études au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de V.Bukac afin de se perfectionner et se présenter dans des concours internationaux.  Cette année Mélissa est professeur dans des Écoles de Musique Bruxelloises, et en parallèle elle vient de terminer son Master. 

Théo Delianne

Né en 1997, Théo débute à six ans l’alto au Conservatoire à Rayonnement Régional de Lille dans la classe de Marielle Gaglio, puis se perfectionne dans la classe de Juliette Danel, altiste membre fondateur du Quatuor Danel. En 2012, il est lauréat du concours franco-ibérique des jeunes altistes. Cette même année, il achève son cursus au Conservatoire de Lille en obtenant brillamment le Cycle d'Enseignement Professionnel Initial (CEPI).

A l’âge de seize ans, il est admis à l’unanimité du jury au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon. Il y étudie trois années consécutives dans la classe de Françoise Gnéri et de ses assistants Dominique Miton et Nicolas Mouret. Il obtient sa licence au CNSMD de Lyon en juin 2016 avec une mention spéciale en musique de chambre. Il intègre ensuite la classe de Hartmut Rohde en master soliste à la UDK de Berlin après avoir eu l’opportunité d’y étudier un an dans le cadre de l’échange ERASMUS. Il a aussi eu le privilège de travailler avec le Quatuor Danel, Claire Désert, Yovan Markovitch, Raphael Merlin et Itamar Golan en musique de chambre. En juin 2015, il remporte le “Förderpreis” de l’académie internationale “Carl Flesch Akademie” de Baden-Baden, et en mai 2017, il est sélectionné pour la prestigieuse académie de Villecroze, avec Atar Arad. En juillet 2018, Théo Delianne remporte le “Werner-Stiefel Preis” de la Carl Flesch Akademie 2018, et- après avoir joué le concerto de Hindemith avec orchestre – est invité à se produire de nouveau avec la Philharmonie de Baden-Baden en Septembre 2018, dans le cadre de leur concert d’ouverture de saison.

En tant que soliste, il a eu de nombreuses occasions de se produire : “Osterfestspiele” à Baden-Baden, Auditorium du CRR de Lille, Festival “Les Allées Chantent”, “Les Vacances de monsieur Haydn” (La Roche-Posay), “Rencontres Musicales de Saint-Cézaire”, “Les Mercredis musicaux” de Saint-Pierre-en-Vaux, “Paroles et Musique” (Lyon), “Musique aux quatre horizons”, “Carl-Flesch Akademie” à Baden-Baden... Il a eu l’occasion de jouer avec des musiciens tels que Marianne Piketty, Frédéric Lagarde, Marie Charvet, Frank Krawczyk, François Dumont, Wolfgang Emanuel Schmidt, Yovan Markovitch, Christophe Poiget, Stephane Picard, mais aussi Christian Altenburger et Hartmut Rohde (pour la saison 2018-2019) … Il a aussi eu l’opportunité de rejoindre pour plusieurs concerts la “Karajan Akademie der Berliner Philharmoniker”, ainsi que l’orchestre du “Berliner Philharmoniker”.

En Avril 2018, il rejoint le Quatuor Akos. Théo Delianne joue sur un très bel alto milanais attribué à Carlo Landolfi de 1770, gracieusement prêté par la Fondation Culture et Musique.

Thibaut Peltier

Thibaut Peltier, né le 30 juin 1997 à LAON (Aisne) est un contrebassiste Français du Nord de la France. Il commence à étudier la contrebasse à l’âge de 6 ans. D’abord destiné à une carrière dans la filière Bois, à l’Age de 14 ans il fait la connaissance d’un contrebassiste de l’Orchestre « Les Siècles » (sous la direction de François-Xavier ROTH) qui lui transmet sa passion pour la musique Classique.

Il entreprend alors, à l’Age de 18 ans une carrière musicale en entrant au Conservatoire à Rayonnement Régional de DOUAI avec comme professeur Jean-Loup DEHANT où il a étudié pendant 2 ans avec celui-ci.

Obtenant son diplôme du conservatoire à l’Age de 22 ans avec comme professeur Christophe DINAUT (soliste de l’orchestre de Radio France).

Il a travaillé avec plusieurs orchestres Parisiens sous la baguette de François-Xavier ROTH, Nicolas SIMON, Corinna NIEMEYER.

Par ailleurs, il se lance dans la composition et le Jazz en jouant en BIG BAND à la basse électrique avec de nombreux solistes mondialement connus. Tout en continuant ses études musicales, Thibaut PELTIER est également sollicité par plusieurs orchestres Européens ce qui lui permet d’obtenir un regard plus large sur la Contrebasse et les nombreuses techniques qui y diffèrent.

En 2017, il s’inscrit à une Académie de musique sur instruments d’époque, le « Festival BERLIOZ » qui fut pour lui une révélation dans l’approche de la contrebasse et de son rôle dans l’orchestre au XIXe siècle avec notamment un jeu de cordes naturel dit « boyaux ».

Scroll Up